Les landes, gestion

Maintenir des usages ancestraux

Depuis 200 ans, on note une régression constante des liens entre les landes, l'économie locale et les communautés rurales. En conséquence, les landes atlantiques sont un des habitats les plus rares et menacés au niveau européen. Dans ce cadre, elles ont été désignées comme habitat prioritaire pour la conservation au titre de la directive Habitat. Les différents sites de landes de la Manche intègrent ainsi le réseau Natura 2000.
Pour préserver ces espaces, une gestion est indispensable afin de palier à l'abandon des pratiques agricoles traditionnelles. Il s'agit de reprendre le principe de prélèvement permanent sur le milieu et d'ajuster ces anciennes pratiques aux conditions et exigences actuelles. Ainsi différentes méthodes sont utilisées sur les landes qu'elles soient humides ou sèches.


Pâturage équin

Le broyage/exportation consiste à couper la végétation et évacuer les résidus pour ne pas enrichir le milieu mais, au contraire, contribuer à l'appauvrissement du sol favorable aux landes basses. Cette technique est utilisée sur les secteurs mécanisables de landes évoluées. Cela sert également dans la réalisation de pare-feu pour la maîtrise du risque incendie. Une réflexion est en cours sur la valorisation des produits de broyage afin que la lande retrouve une place (si petite soit elle) dans l'économie locale.

Le brûlis dirigé est utilisé sur les landes sèches afin de rajeunir et ainsi entretenir des secteurs de landes basses à Ericacées.


exemple de broyage

Une gestion durable passe par la mise en place ou le maintien d'un pâturage sur les sites. Les actions décrites précédemment sont ponctuelles et nécessitent un entretien sur l'exemple des pratiques traditionnelles d'élevage. D'autre part, le pâturage peut se révéler efficace pour les phases de restauration sur les parties non mécanisables. Ce sont alors les caprins qui remplacent les débroussailleuses. A l'exemple des landes de Fermanville, un pâturage mixte caprin/équin a été choisi pour assurer à la fois des phases de restauration et d'entretien. Dans les landes humides nous pratiquons l'étrépage qui consiste au prélèvement des couches supérieures du sol afin de réinitialiser le milieu et favoriser les espèces pionnières telles que les sphaignes, rossolis à feuilles rondes...

Toutes ces actions de gestion sont complémentaires et sont utilisées pour créer une mosaïque de landes de différents âges. On préserve ainsi l'intégralité de la biodiversité des landes.


photo de brûlis dirigé