Si aujourd'hui dans de multiples endroits, le développement économique et urbain a figé certains processus naturels, il devient nécessaire d'intervenir dans d'autres sites abandonnés par l'homme pour maintenir des stades d'évolution dynamique de certains milieux : zone de sol nu, puis couvert herbacé, colonisation progressive par les arbustes, semis d'arbres puis couvert boisé ... accompagnés chacun de leurs cortèges de plantes et d'animaux associés.

D'un autre côté, la demande de nature dans nos sociétés modernes s'arrête souvent à des perceptions très « citadines » : refus de la friche parce que cela « fait négligé », sur-estimation du risque d'incendie, mauvaise image des zones humides.