Des outils pour la gestion

Une gestion, des partenaires

Il est de coutume de considérer que la meilleure gestion possible est celle qui garantit la poly-activité sur le site concerné. En effet, chaque intervenant à la gestion, pourvu que son action soit coordonnée à celles des autres, participe à la pérennisation du site. Les maîtres mots de la gestion seraient donc réflexion, concertation et conventions.

 Le plan de gestion : un outil incontournable

Ce document, élaboré en concertation entre le propriétaire du site, le gestionnaire et les usagers locaux doit permettre de définir un véritable plan d'action destiné à la sauvegarde et la pérennisation du patrimoine naturel et paysager du site. Suite à un diagnostic précis des potentialités écologiques du site, il définit les principaux enjeux et objectifs de la gestion à mettre en place.

Sur cette trame, des maîtres d'ouvrage, tous partenaires de la gestion, s'engagent à prendre en charge une partie des opérations prévues, selon un planning fréquemment établi pour 5 à 10 ans. Le plan de gestion est donc la référence permanente du gestionnaire.

Le comité de gestion , outil de concertation

Sur la plupart des sites, il est souvent mis en place une instance informelle de discussion et de décision , le comité de gestion. Il rassemble le propriétaire du site, le SyMEL, les élus locaux et les représentants des usagers, ainsi que les administrations concernées (DREAL, DDE, ...) Son rôle initial et primordial est de conduire la réalisation du plan de gestion. Chaque étape de l'élaboration du document est présentée et discutée, et les souhaits des usagers et élus sont ainsi mieux pris en compte par le prestataire.

Par la suite, des réunions régulières permettent de faire circuler l'information et de prendre des décisions en commun sur les principaux évènements affectant la vie du site (travaux, gestion écologiques, accueil du public ...)


Le SyMEL, gestionnaire.

Les tâches du SyMEL sont donc multiples : surveiller le territoire qui lui est confié, bien entendu, mais aussi s'assurer ou réaliser lui même les aménagements et interventions d'entretiens prévues au plan de gestion. Il veille au respect des usages sur le site, et s'assure par le biais de suivis scientifiques de la pérennisation des richesses naturelles de celui-ci. Il peut de même participer à la communication autour du site, comme accueillir du public lors de visites guidées. Il présente régulièrement un compte rendu de ses activités au comité de gestion.

Les conventions de gestion.

Pour la mise en oeuvre des opérations de gestion le SyMEL peut avoir recours aux services d'usagers du site, comme les agriculteurs ou les sociétés de chasse. Pour cela, une convention d'usage est élaborée et discutée entre les partenaires pour définir les conditions dans lesquelles ces activités sont organisées sur le site (périodes de pâturage, cultures autorisées, type de gibier, travaux à vocation cynégétique ...). Les engagements de chacun sont traduits dans un cahier des charges qui fixe les conditions de l'exercice de l'activité concernée pour une période donnée. Le garde du littoral est chargé de vérifier l'application de ces cahiers des charges et de leur adaptation permanente aux réalités du terrain.